Le Procureur du Mécanisme, Serge Brammertz, et la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, se sont rencontrés jeudi à Genève afin d’aborder des questions d’intérêt commun relatives à la lutte contre l’impunité des auteurs de crimes internationaux graves et de violations flagrantes des droits de l’homme. Le Procureur a fait le point avec la Haute-Commissaire sur les travaux du Bureau du Procureur du Mécanisme, en particulier sur les efforts qu’il déploie pour appuyer les initiatives nationales d’établissement des responsabilités après un conflit et pour renforcer les capacités des juridictions nationales dans les pays de l’ex-Yougoslavie et en Afrique de l’Est.

La Haute-Commissaire a fait part des initiatives récemment lancées par l’ONU en vue de soutenir la justice au Myanmar, en Syrie et ailleurs, soulignant l’utilité de l’expérience acquise par les tribunaux ad hoc à cet égard. Ils ont discuté de l’importance de l’établissement des responsabilités pour les crimes internationaux graves en vue d’obtenir une paix durable dans les sociétés qui sortent d’un conflit et dans d’autres sociétés en transition.

Les autorités nationales ont pour responsabilité première de veiller à ce que justice soit rendue, tandis que l’ONU a un rôle important à jouer en matière d’assistance spécialisée et de suivi.